«

»

déc 08 2013

avatar

Diaporama “Camp des Milles” et autres réflexions sur l’image…

 

A la demande de certains et suite au diaporama montré lors de la dernière réunion mensuelle, voici un "petit résumé" de ce qui a pu être dit, ainsi que toutes les références des ouvrages cités.

Certes le discours fut long, plus que le visionnage des photos, mais certains sujets méritent explications, l'image ne suffisant plus.

Pour voir ou revoir les photos et/ou le diaporama, ou pour comprendre la démarche photographique, cliquez sur le lien suivant:

 

http://karine-chavas.blog4ever.com/photos/camp-des-milles

 

 

00IMG_8930

 

 

L'un des ouvrages indispensable à la compréhension de ce lieu: "Le diable en France" de Lion Feuchtwanger"Le diable en France était un diable aimable, plein de manières. Ce que sa nature avait de diabolique se manifestait seulement dans l'indifférence courtoise dont il faisait preuve face aux souffrances des autres, dans son je-m'en- foutisme et sa lenteur administrative."… " Ce premier étage était en permanence plongé dans la pénombre… Le soir, il était éclairé par quelques ampoules de faible puissance qui soulignaient en fait d'avantage l'obscurité qu'elles ne la supprimaient… En outre, il était rempli de poussière de brique… des masses de briques ébréchées et qui tombait littéralement en poussière encombraient le chemin, et partout, partout, partout, la poussière était présente".

Autre petit ouvrage (11 pages!) essentiel et expliquant de manière juste, brillante et pédagogique l'installation sournoise du totalitarisme: "Matin Brun" de Franck Pavloff

Le "pourquoi" de ce travaille photographique est expliqué dans le lien ci-dessus.

Maintenant, et afin d'ouvrir le débat, n'hésitez pas à lire "Le peintre des batailles" d'Arturo Pérez-Reverte. Un livre qui ne peut laisser indifférent sur la photographie de guerre, la genèse d'une œuvre, le rapport que l'on a l'image, son poids et ses conséquences: "Crois-moi, nous sommes loin de ces anciens portraits où le visage humain baignait dans un silence qui reposait la vue et éveillait la conscience. Aujourd'hui, la sympathie que nous éprouvons d'office pour n'importe quelle victime nous décharge de toute responsabilité." « Les célèbres images de Robert Capa à Omaha Beach devaient leur intensité dramatique à une erreur de laboratoire pendant le développement. Voilà pourquoi les photographes, comme les reporters de télévision et les réalisateurs de films d’action, recouraient maintenant à des petits trucs pour atténuer la fidélité de l’objectif en lui restituant quelques imperfections destinées à aider l’œil de l’observateur en lui faisant appréhender les choses différemment ».

Pour ceux qui désirent explorer le concept de l'image avec une approche encore plus intellectuelle (si, vraiment), parcourez alors l'ouvrage de Régis Debray, "Vie et mort de l'image – Une histoire de l'image en occident". Attention, pavé de plus de 500 pages (et écrit petit)… à vous de voir. Extrais: "Quand l'art moderne découvre les primitifs, art nègre et océanien,  la géométrisation des formes et les rythmes visuels préfiguratifs, l'élan est redonné pour un nouveau départ. Un cycle est accompli quand le fabricant d'images, qui avait été vaguement sorcier à l'origine, puis artisan, et enfin artiste, redevient vaguement sorcier. Nous en sommes sans doute à ce point".

Enfin, et si vous souhaitez aller au delà de l’image, dans sa compréhension profonde, et même s’il s’agit plus de peinture que de photographie (les fondements sont communs, ne les négligez pas), lisez cet ouvrage écrit en 1910 mais resté essentiel : « Du spirituel dans l’art, et dans la peinture en particulier » de Wassily Kandinsky, père de l’abstractionnisme. Extrais : « En règle générale, la couleur est donc un moyen d’exercer une influence directe sur l’âme. La couleur est la touche. L’œil est le marteau. L’âme est le piano aux cordes nombreuses. L’artiste est la main qui, par l’usage convenable de telle ou telle touche, met l’âme humaine en vibration. Il est donc clair que l’harmonie des couleurs doit reposer uniquement sur le principe de l’entrée en contact efficace avec l’âme humaine. Cette base sera définie comme le principe de la nécessité intérieure ». Ainsi, de manière plus fonctionnel et pour en revenir à la photographie, surtout, ne délaissez pas cet aspect là. Pour avoir travaillé en créations textiles plus de dix ans, sachez qu’une maquette se choisit et s'achète en tout premier grâce à la puissance colorée et l’harmonie qui s’en dégage. Ensuite viens le sujet, la composition… Ainsi, pour une photographie, comprenez bien que, soit la couleur apporte quelque chose d’essentiel (à la compréhension ou à l’ambiance générale), soit il est préférable, voir nécessaire de travailler votre image en noir et blanc. Et, quoiqu'il en soit, la couleur de votre photographie, tout comme vous le faites sans scrupule sur un noir et blanc pour le contraste par exemple, se travaille aussi et donc, peut se modifier si cela enrichie votre image. Vous avez aujourd'hui les outils pour le faire, faites-vous donc plaisir (sans en faire de trop…)

Pour finir (et oui, j’écris autant que je cause), une dernière citation (je ne suis plus à une près), de Lion Feuchtwanger, et afin de boucler la boucle :

"Pour ce qui me concerne, je crois que le seul moyen de changer le monde est de l'expliquer. Si on l'explique de façon plausible, on le transforme discrètement, par l'action permanente de la raison. Seuls ceux qui ne parviennent pas à trouver une explication plausible du monde choisissent de le changer par la violence".

 

Voici donc ma modeste contribution sur ce vaste sujet qu’est l’image. J’espère avoir éveillé votre curiosité. Lisez ces ouvrages (et bien d'autres) autant que vous pourrez (et photographiez entre temps), vous ne serez pas déçus !…

 

Karine

 

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 5.3/10 (3 votes cast)
Diaporama "Camp des Milles" et autres réflexions sur l'image..., 5.3 out of 10 based on 3 ratings

Lien Permanent pour cet article : http://blog-photocontact.vellozzi.com/2013/12/diaporama-camp-des-milles-et-autres-reflexions-sur-limage/